Plan du site • 

 

Samedi 25 Avril 2009
Promenade entre Couzon et Saint-Romain :
A la découverte des tunnels de carriers dans le Mont-d'Or

Le groupe devant l'entrée d'un tunnel de carrier.
Le groupe, devant l'entrée d'un tunnel de carrier.

L'association de sauvegarde des lavoirs des Monts d'Or, organisait le 25 avril, une randonnée dans le Mont-d'Or pour découvrir les tunnels de carriers. Un petit groupe se retrouvait en début d'après-midi devant l'église de Couzon-au-Mont-d'Or, chaussures de randonnée, bâton pour certains, prêts à arpenter les chemins à la découverte de ce patrimoine unique.

 

Pour revivre ces moments, voici quelques photos de cette journée.

 

Cliquez sur la photo pour l'agrandir.

 Un reportage en photos de cette randonnée…



Tout d'abord un peu d'histoire sur Couzon et des activités du siècle dernier : la vigne et les carrières


Saint-Laurent,
le Saint patron des carriers.


Représentation de :
la vigne et la pierre.


Une petite halte
au lavoir du Rochon


avant de passer devant sa source et de trouver une coupe de l'aqueduc du Mont d'Or.


Le sentier entre deux murs de pierres sèches


nous conduit vers un premier tunnel


qui se découvre petit à petit


avant d'y pénétrer.


Michel Matray, va nous expliquer comment étaient construits ces tunnels


et nous donner des explications sur les différents gestes de ces carriers.


Suivez le guide…


Pour arriver à des bifurcations de tunnels.


L'un d'eux est bouché.


Les murs de pierres sont propices à des cabornes : l'entrée


puis l'intérieur.


Une étape poésie s'impose.
Camille va nous lire un poème de Pierre DupontPierre Dupont est un chansonnier et poète français.
Né à Lyon le 23 avril 1821, il y décède le 24 juillet 1870.
C'est la musique de sa chanson Les Carriers qui sera reprise
dans La Commune, chanson communarde de 1871.

Il me souvient qu'aux jours de mon enfance,
Quand mes regards embrassaient l'horizon,
J'avais pour borne une montagne immense
D'où s'arrachaient les pierres de Couzon.
Le bruit des pics sonnant dans les carrières,
Un ouvrier me dit d'un air vainqueur :
Enfant, Lyon est sorti de ces pierres.
J'entends les pics résonner dans mon cœur.

Or, ce carrier, il me faut le dépeindre ;
C'est, j'en suis sûr, le type du Gaulois :
De grands yeux bleus qui ne savent pas feindre,
Des cheveux roux et de l'or dans la voix.
Grands pieds, des mains à trancher la montagne,
A protéger le faible sans éclat.
Reste à penser si sa douce compagne
Doit être heureuse avec cet homme-là !
consacré aux carriers.


C'est l'époque des orchidées
dans le Mont d'Or. Un spécimen.


Notre randonnée nous amène
à la source du Pinet, où on peut voir


une jolie salamandre dans
l'eau fraîche de la fontaine.


Une dernière ascension


avant d'atteindre l'entrée


de la carrière de Louis Lignieux.


Un témoignage émouvant de 1863.


Du haut de la carrière, la vue sur la vallée de la Saône. Au bas, le village de Saint-Romain.


L'Eglise de Saint-Romain.

 



[Haut de page]