Plan du site • 

 

Jeudi 29 Mai 2014
Sortie à Curis-au-Mont-d'Or

Château de Curis-au-Mont-d'Or.
Château de la Trolanderie (Curis-au-Mont-d'Or)

L'association Limonest Patrimoine proposait une visite du parc du château de Curis-au-Mont-d'Or le jeudi de l'ascension pour ceux qui ne faisaient pas le pont et ne s'étaient pas éloignés du Mont d'Or.
Un programme alléchant : four, bassins, cascades, l'ascension de l'escalier monumental…, avec Michel Matray comme guide de cette équipée.
Cela a permis de découvrir les fastes des aménagements hydrauliques qui sont actuellement envahis par la végétation et le chantier serait important à mettre en eau ces lieux. Mais Michel, espère bien qu'un jour, on pourra pourquoi pas refaire un tour en barque sur le bassin, écouter l'eau qui coule de la cascade…
Et de très beaux spécimens d'arbres et une superbe vue sur la vallée de l'ain.

Après l'effort, le réconfort. Nous avions rendez-vous à la taverne de Curis pour découvrir la Bierre bio Mont-d'Or avec le brasseur Pétrus Collin.

Quelques éléments historiques du Château de la Trolanderie
Le domaine, est connu dès 1270, la seigneurie appartint à la famille d'Albon. Il a été restauré par Jean-Antoine Morand en 1769. En 1794, la propriété s'étend sur 50 ha. A partir de 1841, le domaine est revendu par parcelles à différents propriétaires, dont le comte Jean Baptiste de Chazelles qui fait réaliser par l'architecte Curieux un plan du réseau hydraulique alimentant le bassin. En 1890, l'aménagement du parc est confié à l'architecte paysagiste Luizet. En 1933, la société civile Ozanam de Lyon en devient propriétaire et y installe un collège avec internat.
Le domaine se compose d'un corps de logis flanqué de trois tours circulaires, d'une chapelle, d'une orangerie et de dépendances dans un parc boisé et paysager. Les trois tours marquent les angles du clos du Haut Moyen Age. Trois phases principales d'édification se dégagent. Une première, aux XIVe-XVe siècles avec la maison forte, les tours, un escalier à vis. Une seconde de 1769 à 1774 avec le réaménagement du château et l'aménagement des jardins. La troisième phase en 1885-1890 correspondant à l'intervention de l'architecte Curieux avec modification des communs, réalisation du salon marocain, de la chapelle et de l'orangerie, aménagement du parc. Les pièces ont conservé leur décor : parquets Versailles, cheminées du XIXe, lambris, portes du XVe siècle, sol en mosaïque, boiseries peintes, toile marouflée, vitrail de style préraphaélite…

 

Cliquez sur la photo pour l'agrandir.

 Quelques photos de la sortie…



Plaque routière.


Château.


Verrière de l'orangerie du château.


Entrée du château.


Blason.


Michel Matray présente une peinture du château
qui se trouve maintenant aux Etats-Unis.


Le bassin qui mériterait d'être débroussaillé…


Le groupe découvre les anecdotes


et les cartes postales que Michel a retrouvé.


Le bassin.


Les anciennes cascades.


Preuve à l'appui, une carte postale.


Un arbre remarquable.


Le sentier dans le parc.


Vers l'allée des tilleuls.


Le four qui avait été rénové lors d'un précédent chantier.


L'intérieur du four.


Une tour du château.


Les escaliers


qu'il va falloir


gravir…


Pour arriver à la grande prairie.


Quelques spécimens


de fleurs.


Une dernière explication et peut-être à la recherche de l'aqueduc des Monts d'Or,


avant de redescendre les escaliers


et quitter le parc


pour rejoindre le 2e rendez-vous de la sortie.


Dans la taverne de Curis,


la dégustation peut commencer.


Une bierre blanche.


Le brasseur Pétrus Collin.


Un pied de houblon.

 



[Haut de page]