Plan du site • 

 

Inauguration du lavoir du Rochon
à Couzon-au-Mont-d'Or
Samedi 9 Septembre 2006

Le 9 Septembre, suite aux travaux de restauration, le lavoir du Rochon a été inauguré en présence d'une représentation importante des couzonnais et des élus de Couzon et des communes voisines.
Ce fut l'occasion de découvrir ou re-découvrir l'histoire de ce lavoir du XVIIIe siècle, qui est encore utilisé par certains.

 

 Cliquez sur le journal pour consulter l'article
paru dans « Le Progrès »
du 30 juillet 2006
.

 

 Cliquez sur le journal pour consulter l'article
paru dans « Le Progrès »
du 15 septembre 2006
.

Pour revivre cette inauguration, voici quelques photos de cette journée.

 

Cliquez sur la photo pour l'agrandir.

 Quelques photos…



Carton d'invitation.


Le lavoir.


L'arrivée de la source.


Les instruments des lavandières.


Michel Matray entouré des enfants…


Le discours de Monsieur le Maire.


Ainsi que celui de l'adjoint au Maire.


Avant de conclure par celui de Michel Matray.


Et de laisser la place aux enfants qui ont lu un texte.


Une surprise de dernière minute, la remise de la plaque de la Fondation du Patrimoine.


Il est temps de couper le ruban…

avant de se rendre au pot offert par la Municipalité pour clôturer cette cérémonie.

 

Chanson sur la fontaine de Couzon
par Hyde de Neuville

On vante beaucoup Charbonnières,
On court y chercher la santé.
J'ai bu son onde salutaire
Et j'en ai éprouvé la bonté.
Il est une source aussi pure
Qui, sans avoir son renom,
Pourrait faire plus d'une cure :
C'est la fontaine de Couzon (bis).


Si la triste mélancolie,
Si les chagrins, si les années,
Viennent traverser votre vie,
Fuyez le grand monde et Paris,
Cherchez la paix et l'innocence ;
Mais où les trouver, dira-t-on ?
Oh ! Venez avec assurance,
A la fontaine de Couzon.


Dans ce petit coin de la France,
Vous trouverez gaieté, bonheur,
Et cette douce confiance
Qui fait les charmes d'un bon cœur.
Là point d'intrigue, d'imposture,
Il faut être ou devenir bon,
On dirait que l'âme s'épure
A la fontaine de Couzon.

Oui, cette source fait merveille,
Elle électrise les bons cœurs
Et mieux que le jus de la treille,
Elle enivre tous les buveurs.
Mais n'accusons pas la fontaine
De troubler la raison,
Ici l'on devine sans peine,
Comment on s'enivre à Couzon.


Oui, grâce à ces eaux bienfaisantes,
Les Couzonnais sont excellents,
Les Couzonnaises sont charmantes
Et Couzon fourmille d'enfants.
Mon voisin, buvons à cette onde,
Suivons l'exemple du canton,
Car Dieu veut qu'on peuple le monde,
Quand on est bourgeois de Couzon.

 



[Haut de page]